Une PME réalise 30% d’économies sur son budget assurances
Vous êtes ici : Accueil Les Ecos d’Euklead Une PME réalise 30% d’économies sur son budget assurances

Une PME réalise 30% d’économies sur son budget assurances

En raison de sa complexité d’appréhension, le budget assurance d’une PME de travaux publics et de transformation de bois a été confié à Euklead.

Une belle PME locale familiale dont les activités principales sont les travaux publics, l’exploitation de carrières et la transformation du bois en combustible énergétique a fait appel aux compétences de Benoît de Fontenay, Directeur associé d’Euklead, expert assurance. Le budget assurances d’un montant annuel de 203 000 € avant intervention échappait à leur analyse en raison de la complexité d’appréhension de sujets éloignés de leur cœur de métier.

« Comme pour toute entreprise de travaux publics, le volet principal était le bris de machines sur engins roulants ; un contrat qui a pour objet de garantir la flotte de véhicules notamment contre les dommages, l’incendie, le vol…. En effet, les matériels tels bulldozers, compacteurs, chargeurs sur pneus… sont fort onéreux ; il faut compter pas moins de 200 000 € l’engin. », précise B. de Fontenay. Ainsi, la valeur totale assurée s’élève pour cette entreprise à 5,7 millions €. L’expert a également analysé les contrats de responsabilité civile telles la RC entreprise (dommages causés aux tiers, protection du conducteur...) et la RC décennale.

Pour aligner le budget assurances à la situation réelle de l’entreprise et réaliser des économies, B. de Fontenay, diplômé de l’Institut du Management des Risques, qui après un parcours dans les directions des assurances de STEF-TFE, Hertz, Renault et Giraud International, a rejoint Euklead, a effectué une analyse détaillée. Pour les machines, il a étudié la composition du parc, l’âge moyen des matériels, leur état... Cela lui a permis d’avoir une cartographie précise des risques de l’entreprise, activité par activité. Cette dernière a servi de base à la rédaction du cahier des charges dans lequel était reportée une description complète de l’entreprise, de ses sites et activités, et les garanties demandées.

La complexité principale a résidé dans le fait que les compagnies d’assurances ne tarifient jamais les entreprises de la même façon. Elles appliquent des tarifs moyens de façon parfois arbitraire. « Or, chaque entreprise est un cas unique ; elles ont chacune un historique de sinistralité ; elles ne gèrent pas les risques de façon identique... Pour établir leurs tarifs, les assureurs se basent pour chaque activité sur des données statistiques de fréquence et d’intensité d’un risque. Et les primes sont aussi liées à la perception que les compagnies se font des risques de l’entreprise. » ajoute B. de Fontenay. Aussi, communiquer sur des solutions de prévention comme les procédures rigoureuses d’utilisation des matériels a eu un impact sur le montant des primes et des conditions de garantie. C’est particulièrement vrai dans le milieu des travaux publics, connu pour avoir des risques importants et donc de fortes primes. Dans le même esprit B. de Fontenay n’a pas hésité à informer que son client bénéficie de son propre atelier pour entretenir le matériel. Quant à l’activité bois-énergie, il a démontré que le site répondait à toutes les normes des assureurs en termes de protection incendie ainsi qu’à celles du Ministère de l’environnement ; la PME a notamment créé un bassin de rétention d’eau sur le site.

Le choix des prestataires (peu nombreux sur ces types d’activité) s’est effectué à l’issue d’un appel d’offres en fonction de la qualité du contrat, des tarifs et du niveau de services proposés. L’expert a ainsi épluché chaque réponse afin d’identifier la meilleure proposition en portant une attention particulière aux garanties qui pouvaient être proposées en double aussi bien sur le contrat bris de machines que sur la RC flotte ou la RC décennale. « Néanmoins, la décision doit avant tout être guidée par le niveau d’adéquation des couvertures aux risques ; les seuls tarifs ne signifient pas grand-chose en termes d’assurances. », précise B. de Fontenay qui conclut : « Dans le cas présent, nous avons bénéficié de tarifs concurrentiels qui permettent au client de réaliser 30% d’économies ajoutés d’une amélioration des niveaux de garanties. ».  Le partenariat avec le principal assureur en place a été renforcé, et les nouvelles conditions tarifaires ont été reconduites l’année suivante.